Elle s’endort avec toi, le soir. Voit ta gaufre du matin.  Sent ton odeur au sortir de la douche et sait comment l’eau perle sur ta peau juste avant que tu t’enroules dans une serviette. Tous ces soirs et tous ces matins et toutes ces fins de semaine. Ta vie sans moi.”  -Hiroshimoi, Véronique Grenier.

         Ta vie sans moi, avec elle que tu aimes plus, que tu aimes mieux. Avec elle qui peut t’offrir tout ce que je ne peux pas. Je t’ai voulu, tellement, juste pour moi. Égoïstement.  Tu étais parfais, sauf que tu étais marié. Et amoureux. Surtout amoureux. J’ai été une réalisation, une leçon de vie. J’ai été un gros problème qui, un coup résolu, rend plus fort. J’ai été l’autre, même si je ne voulais jamais être l’autre, même si je voulais être elle.

J’ai souvent envie de retourner chez toi et mettre  des bracelets dans ton aquarium, en secret, pour que tu souri en les voyant.

_______________________________________

Je t’en veux. Parce que tu lui as demandé de me mentir. Je lui en ai voulu, je l’ai détestée, tellement, de nous avoir brisé. Mais elle ne nous a pas brisés. On était déjà brisés mais je ne le savais pas. Parce que tu avais trop peur de me parler. Je t’en veux de nous avoir brisé, elle et moi.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s